|  . Citations          
 
Index des Thèmes   Index des Auteurs
   
 


 

 
 
 
 
 
 
 

 
Honoré de Balzac
.
Honoré de BALZAC   (1799 - 1850)

Livres en ligne : Le Bal de Sceaux - Eugénie Grandet - La Vendetta
(-) Fermer la biographie
Honoré Balzac, dit Honoré de Balzac, né à Tours le 20 mai 1799 et mort à Paris le 18 août 1850, est un romancier, critique littéraire, essayiste, journaliste et écrivain français.

Il est considéré comme le plus grand écrivain français dans le domaine du roman réaliste, du roman philosophique et du roman fantastique par Gérard Gengembre, G. Vannier, le philosophe Alain, et Albert Béguin. Charles Baudelaire voyait en lui un visionnaire.

Mais il est difficile à classer dans l’une ou l’autre catégorie, son œuvre couvrant un champ si vaste que les critiques, tant de son siècle que du siècle suivant, passeront beaucoup de temps à lui chercher une étiquette appropriée sans y parvenir.

Il élabora une œuvre monumentale, la Comédie humaine, cycle cohérent de plusieurs dizaines de romans, nouvelles, contes philosophiques dont l’ambition était de décrire de façon quasi-exhaustive la société française de son temps ou, selon la formule célèbre, de faire « concurrence à l’état-civil ». Il n’hésita pas, en pleine monarchie de Juillet, à afficher ses convictions légitimistes.
- source -

Les gens qui aiment ne doutent de rien, ou doutent de tout.

Le livre vaut-il le glaive, la discussion vaut-elle l'action ?

La femme vit par le sentiment, là où l'homme vit par l'action.

Un homme n'est pas tout à fait misérable s'il est superstitieux. Une superstition vaut une espérance.

Un enfant est un grand politique dont on se rend maître comme des politiques... par ses passions.

L'amour est la seule passion qui ne souffre ni passé ni avenir.

La mort est aussi soudaine dans ses caprices qu'une courtisane l'est dans ses dédains, mais plus fidèle, elle n'a jamais trompé personne.

La mission de l'art n'est pas de copier la nature, mais de l'exprimer.

Les hommes ne veulent jamais distinguer entre la constance et la fidélité.

Les âmes grandes sont toujours disposées à faire une vertu d'un malheur.

Le coeur d'une mère est un abîme au fond duquel se trouve toujours un pardon.

L'amour n'est pas seulement un sentiment, il est un art aussi. Quelque mot simple, une précaution, un rien révèlent à une femme le grand et sublime artiste qui peut toucher son coeur sans le flétrir.

Le reste du monde a la valeur des personnages d'une tapisserie pour deux amants.

On juge aussi souvent une femme d'après l'attitude de son amant, qu'on juge un amant sur le maintien de sa maîtresse.

Un homme n'a jamais pu élever sa maîtresse jusqu'à lui ; mais une femme place toujours son amant aussi haut qu'elle.

Si une fille aime rarement l'amant de sa mère, une mère a toujours un faible pour l'amant de sa fille.

Il est plus facile d'être amant que mari, par la raison qu'il est plus difficile d'avoir de l'esprit tous les jours que de dire de jolies choses de temps en temps.

Jamais un mari ne sera si bien vengé que par l'amant de sa femme.

Pour savoir jusqu'où va la cruauté de ces charmants êtres que nos passions grandissent tant, il faut voir les femmes entre elles.

Toute femme a sa fortune entre ses jambes.

Une femme n'a que l'âge qu'elle paraît avoir.

L'homme meurt une première fois à l'âge où il perd l'enthousiasme.

La vie militaire exige peu d'idées.

Choisir ! c'est l'éclair de l'intelligence. Hésitez-vous ?... tout est dit, vous vous trompez.

Le courage des Turcs s'explique par ce fait qu'un homme qui a plusieurs femmes est mieux disposer à braver la mort que celui qui n'en a qu'une.

Au premier coup d'oeil jeté sur un intérieur, on sait qui y règne de l'amour ou du désespoir.

Le désir, ce torrent de votre volonté, est si puissant chez l'homme, qu'un seul jet émis avec force peut tout faire obtenir...

Le désert, c'est Dieu sans les hommes.

Oublier est le grand secret des existences fortes et créatrices.

Nous ne mourrons pas, nous autres chrétiens : notre tombe est le berceau de notre âme.

La haine, comme l'amour, se nourrit des plus petites choses, tout lui va.

La femme est pour son mari ce que son mari l'a faite.

Un amant apprend à une femme tout ce qu'un mari lui a caché.

La puissance ne consiste pas à frapper fort ou souvent, mais à frapper juste.

La misanthropie est presque toujours une grande vanité cachée sous une peau de hérisson.  (Pensées)

Nous avons tous la prétention de souffrir beaucoup plus que les autres.

L'amour est comme le vent, nous ne savons pas d'où il vient.

Le comptoir d'un café est le parlement du peuple.

La femme est l'être le plus parfait entre les créatures ; elle est une créature transitoire entre l'homme et l'ange.

On ne peut devenir que ce qu'on est.

L'amour est la poésie des sens.

Un mari ne doit jamais s'endormir le premier ni se réveiller le dernier.

Dans les classes inférieures, la femme est non seulement supérieure à l'homme, mais encore elle le gouverne presque toujours.

Les vieillards sont assez enclins à doter de leurs chagrins l'avenir des jeunes gens.

L'illusion est une foi démesurée.  (Les Employés)

Le bonheur engloutit nos forces, comme le malheur éteint nos vertus.

La mort n'est jamais ce qui donne un sens à la vie ; c'est, au contraire, ce qui lui ôte toute signification.

Ce privilège d'être partout chez soi n'appartient qu'aux rois, aux filles et aux voleurs.

Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude.

En amour comme à la chasse, le vrai plaisir est de braconner.

En se résignant, le malheureux consomme son malheur.

Il est des pensées comme des blessures dont on ne revient pas.

L'avarice commence où la pauvreté cesse.  (Illusions perdues)

L'espérance est un mensonge appuyé sur l'avenir.

L'ignorance est la mère de tous les crimes. Un crime est, avant tout, un manque de raisonnement.

La femme mariée est un esclave qu'il faut savoir mettre sur un trône.

Le beau, c'est le vrai bien habillé.

Le malheur a cela de bon qu'il nous apprend à connaître nos vrais amis.

Le suicide est l'effet d'un sentiment que nous nommerons l'estime de soi-même, pour ne pas le confondre avec le mot honneur.  (Les Illusions perdues)

Les lois sont des toiles d'araignées à travers lesquelles passent les grosses mouches et où restent les petites.  (La Maison Nucingen)

On n'est point l'ami d'une femme lorsqu'on peut être son amant.

Pascal a dit: «Douter de Dieu, c'est y croire.» De même, une femme ne se débat que quand elle est prise.

Quand il y a une vieille fille dans une maison, les chiens de garde sont inutiles.

Quand l'avarice se propose un but, elle cesse d'être un vice, elle est le moyen d'une vertu.

Quand tout le monde est bossu, la belle taille devient la monstruosité.

Rien ne fortifie l'amitié comme lorsque, de deux amis, l'un se croit supérieur à l'autre.

Les hommes utilisent leurs jambes pour marcher, les femmes pour faire leur chemin.

Un pouvoir impunément bravé touche à sa ruine.

Vouloir nous brûle et pouvoir nous détruit.

La douleur ennoblit les personnes les plus vulgaires, car elle a sa grandeur, et pour en recevoir du lustre, il suffit d'être vrai.

Emanciper les femmes, c'est les corrompre.

Instruite, la vertu calcule aussi bien que le vice.  (Eugénie Grandet)

Il n'est pas de douleur que le sommeil ne sache vaincre.

Jamais la police n'aura d'espions comparables à ceux qui se mettent au service de la haine.

Le journalisme est une grande catapulte mise en mouvement par de petites haines.

La jalousie est un doute, la crainte est une petitesse.

La résignation est un suicide quotidien.

L'admiration est toujours une fatigue pour l'espèce humaine.

La bêtise a deux manières d'être : elle se tait ou elle parle. la bêtise muette est supportable.

L'égoïsme est le poison de l'amitié.

La jouissance du bonheur amoindrira toujours le bonheur.

L'espoir est une mémoire qui désire.

La famille sera toujours la base des sociétés.

Une femme vertueuse a dans le coeur une fibre de moins ou de plus que les autres femmes : elle est stupide ou sublime.

Peut-être la certitude est-elle le secret des longues fidélités.

Le mariage doit incessamment combattre un monstre qui dévore tout : l'habitude.

Il est peu de plaies morales que la solitude ne guérisse.

Notre conscience est un juge infaillible quand nous ne l'avons pas encore assassinée.

La joie ne peut éclater que parmi des gens qui se sentent égaux. (La Vendetta)

L'égalité peut être un droit, mais aucune puissance humaine ne saurait la convertir en fait.

Le hasard est le plus grand romancier du monde ; pour être fécond, il n'y a qu'à l'étudier.  (La Comédie humaine, Avant-propos)

Les gens qui veulent fortement quelque chose sont presque toujours bien servis par le hasard.  (La Vendetta)

Il n'y a rien de plus triste qu'une vie sans hasard.

L'intelligence est le levier avec lequel on remue le monde.

Le despotisme fait illégalement de grandes choses, la liberté ne se donne même pas la peine d'en faire légalement de très petites.  (La Peau de chagrin)

La liberté enfante l'anarchie, l'anarchie conduit au despotisme et le despotisme ramène à la liberté.  (La Peau de chagrin)

Il n'y a que les pauvres de généreux.  (Le Bal des Sceaux)

Une société d'athées inventerait aussitôt une religion.  (Le catéchisme social)

On reproche sévèrement à la Vertu ses défauts, tandis qu'on est plein d'indulgence pour les qualités du Vice.  (La Vieille Fille)

Quelques auteurs :
- Hazrat Ali
- Bossuet

- G. Clemenceau

- René Descartes
- Epictète
- Gustave Flaubert
- Julien Green
- Victor Hugo
- Marcel Jouhandeau
- Montherlant
- Rousseau
- Stendhal
- Gustave Thibon
- Virgile
- Oscar Wilde

Tous les auteurs

Quelques thèmes :
- Aimer
- Désir
- Humanité
- Souffrir
- Voyage

Tous les thèmes

Liens externes :
- Wikipédia
- HBalzac
- Agora
- A la lettre

     
     
 

Liste des THEMES | Liste des AUTEURS | Accueil d'HORAZ

 
 

 
     

  .

 Contact

 |  © Horaz.com  |
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK