Déclaration Universelle des DROITS de l'HOMME
.

 

 
 LA VENGEANCE DANS LA PEAU
Edition originale, Robert Ludlum 1990 - Robert Laffont 1991, pour la traduction française -
Pocket n° 10484, 830 pages - Traducteur : Patrick Berthon
.
.
La Vengeance dans la Peau
Lorsque Alexander Concklin et Morris Panov, anciens membres de la CIA, reçoivent le même télégramme signé du nom de Jason Bourne, ils voient en un instant resurgir les fantômes d'un passé qu'ils pensaient bien à jamais enterré.

Peu de gens savent que Jason Bourne n'a jamais existé et qu'il s'agissait du nom de code de David Webb, surnommé aussi le "Caméléon". Treize ans plus tard, David reprend bien malgré lui du service afin de dénicher l'auteur de cette angoissante plaisanterie.

Redevenu Jason Bourne, il se retrouve engagé dans une mortelle partie d'échecs avec son ennemi de toujours, Carlos, dit le "Chacal", celui qui a la réputation de ne lâcher prise que lorsque son adversaire est mort...
.

.

Plaisir de lecture : 7/10
.

.

Troisième et dernier volet des aventures de Jason Bourne, ce roman confirme qu'il était temps d'en finir avec ce personnage. D'opus en opus, il s'essouffle et passionne de moins en moins le lecteur.

Grâce à la technique excellemment rodée de l'auteur, le roman se laisse lire agréablement et parvient à captiver un peu le lecteur. Si la technique haletante du thriller est bien là, la magie, elle, fait cruellement défaut à ce récit. On ne s'emballe pas comme dans la plupart des autres Ludlum.

Les derniers trous de mémoire de Bourne se comblent, l'agent secret amnésique cesse de l'être et il entreprend de régler ses comptes. Au long de 830 pages, un implacable duel avec le terroriste Carlos mène, pas à pas, vers l'épilogue d'une saga dont le point final salvateur s'imposait.

 
 
Déclaration Universelle des DROITS de l'HOMME