Déclaration Universelle des DROITS de l'HOMME
.

 

 
 LA CONSPIRATION TREVAYNE
Edition originale, Jonathan Ryder (pseudonyme de Ludlum) 1973 & Robert Ludlum 1988
Robert Laffont 1997, pour la traduction française - Pocket n° 10373, 478 pages - Traducteur : Patrick Berthon
.
.
La Conspiration Trevayne
Arrivé à la quarantaine, Andrew Trevayne possède tout ce qu'un homme peut désirer : richesse, bonheur et une réputation de totale indépendance. Mais il n'est pas homme à se dérober quand l'Amérique a besoin de lui. Appelé par la Présidence et le Sénat à conduire une Commission d'enquête sur les budgets d'armement, lui seul est capable de constituer une équipe d'experts au-dessus de tout soupçon.

Avec des méthodes peu orthodoxes, il mènera l'enquête jusqu'au bout, pris entre la surveillance du Pentagone et les menaces à peine voilées des lobbies au-dessus desquels s'étend l'ombre de la mafia.

Mais derrière les intérêts énormes que sa commission met au jour, l'enjeu véritable n'est autre que la survie de la démocratie.
Dans ce combat de titans, les certitudes et l'intégrité de Trevayne suffiront-elles à contrecarrer les ambitions des tenants d'un nouvel ordre mondial ? Trevayne n'a pas le droit à l'échec.
.

.

Plaisir de lecture : 7/10
.

.

Ludlum s'attaque au "complexe militaro-industriel". Une expression qui englobe nombre de collusions entre intérêts privés, commerciaux, militaires et politiques. Du lobbying à la corruption, des pressions  au chantage, tout est bon (y compris le crime) pourvu que les millions de dollars pleuvent au final. Il en profite pour ébaucher une réflexion sur la concentration des pouvoirs entre quelques mains dont les intérêts prévalent sur toute morale et sur l'esprit-même de la démocratie. Entre autres, Ludlum dénonce la perspective d'un patron de presse omnipotent ("Je ne le laisserai pas faire main basse sur la presse. On commence par les journaux, puis on en vient aux radios, aux chaînes de télévision."). Un propos visionnaire datant de... 1973 !
 
L'ouvrage ne manque pas d'intérêt quant au fond. La forme laisse un peu à désirer. Trop imprégné d'un message civique, Ludlum en a oublié ses recettes habituelles. Suspense oui, haletant non.

 
 
Déclaration Universelle des DROITS de l'HOMME