Déclaration Universelle des DROITS de l'HOMME
.

 

 
 LE COMPLOT DES MATARESE
Edition originale, Robert Ludlum 1997 - Grasset & Fasquelle 1999, pour la traduction française -
Le Livre de Poche n° 17141, 668 pages - Traducteur : Dominique Defert
.
.
Le Complot des Matarese
Six hommes et une femme, de nationalités diverses, répondent à une mystérieuse invitation dans une somptueuse propriété corse. A la vérité, aucun n'est là de son plein gré : mais leur hôte s'est montré parfaitement renseigné sur les délits ou malversations de chacun.

Bien vite, ils vont comprendre la raison de leur présence à cette singulière réunion. De l'industrie aux banques, de l'informatique aux médias, des couloirs de la Maison-Blanche à ceux du Vatican, ils disposent chacun de pouvoirs ou de capitaux immenses. Il ne s'agit plus que d'unir leurs forces pour s'assurer la domination mondiale.

Ils n'ont pas le choix : ils sont tous des Matarèse...
.

.

Plaisir de lecture : 6/10
.

.

Ludlum aurait pu faire l'impasse sur cette insipide et peu inspirée suite du si remarquable "Cercle bleu des Matarèse". Le personnage principal, Brandon Scofield, a fortement vieilli. "Le Complot" se résume presque à une copie carbone du "Cercle bleu", une génération plus tard, dans un monde profondément bouleversé depuis l'effondrement du communisme. Le canevas est le même, la poursuite de l'hégémonie mondiale par un homme manipulateur, comptant sur de puissants liens familiaux forgés dans un passé tragique. Ajoutons-y encore les technologies de la fin des années 90, inconnues en 1979, et nous aurons résumé cette suite inutile..
.
Pris isolément, "Le Complot des Matarèse" pourrait éventuellement être très apprécié par le lecteur. Peut-être... Malheureusement, nous avons préalablement lu "Cercle bleu des Matarèse" et nous ne pensons pas que le "Complot" puisse tenir la comparaison en quelque manière que ce soit. Ce récit peut quand même être considéré comme un bon petit roman, garant d'un bon moment de divertissement. N'oublions cependant pas, en dernier ressort, que les goûts et les couleurs...

 
 
Déclaration Universelle des DROITS de l'HOMME