Horazyclopédie

ANARCHISME

 
.
 
 


 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

 


anarchisme,
mouvement d’idées ayant pour objet de garantir la liberté individuelle et s’opposant par là à toute forme de domination.

ORIGINES DE L'ANARCHISME.
.
L’embryon d’une réflexion de type anarchiste apparaît dès la Révolution française, qui institue un divorce radical entre l’égalité politique affirmée par l’État et le maintient des inégalités sociales et économiques. Certains esprits s’interrogent sur cette dérive étatiste qui remet en cause l’idéal de libération de l’individu. De ce point de vue, le Manifeste des Égaux de Gracchus Babeuf apparaît comme une des premières actions de type «libertaire», à la fin du XVIIIe siècle..

Philosophiquement, l’anarchisme puise aux mêmes sources que le marxisme, à savoir l’hégélianisme en tant que lutte de l’Homme contre toute forme d’aliénation (religion, Église, État, etc.). Mais là où le marxisme affirme, à travers le matérialisme historique, un destin collectif de l’Homme à travers la notion de lutte des classes, l’anarchisme proclame la souveraineté du moi «unique», telle qu’elle apparaît dans l’ouvrage de Max Stirner, L’Unique et sa propriété (1845). Enfin, l’anarchisme n’est pas sans puiser aux sources du christianisme : ainsi Proudhon célèbre l’enseignement «social» de Jésus et Stirner son «dépassement de l’État».

TENDANCES DE L'ANARCHISME.

Pour les anarchistes, la liberté de l’individu ne doit être entravée par aucune forme de répression ou de contrôle extérieur. Tout type d’autorité est donc rejeté, et la vie en société n’est possible que s’il y a accord individuel de tous les membres de la communauté. Considéré comme le père de la pensée anarchique, l’écrivain français du XIXe siècle Pierre Joseph Proudhon estime que les règles unissant l’individu à la société doivent se situer à l’opposé du contrat social défini par Jean-Jacques Rousseau. Selon lui, la conception rousseauiste du pouvoir ne peut qu’être arbitraire, dans la mesure où elle ne concerne que la sphère politique et se désintéresse des aspects économiques et sociaux. .

Sans renier la nécessité de se plier à un contrat collectif, la pensée anarchiste souhaite que celui-ci soit aussi proche que possible des besoins de chacun et, à ce titre, qu’il se modifie en

fonction des évolutions individuelles. Aussi, la prise en considération des aspirations de chacun se traduit-elle par une conception fédéraliste du pouvoir et de l’organisation de la société, tant sur le plan professionnel que sur le plan territorial, afin que l’organisation collective soit librement consentie par tous. Dès lors, toute forme de gouvernement doit-elle être rejetée, tant qu’elle ne représente les intérêts que d’un seul groupe, même majoritaire. De même, l’anarchisme s’oppose au système parlementaire, dans lequel l’individu est dépossédé de son droit de contestation, et lui préfère le syndicalisme qui, plus proche de la population, est censé mieux rendre compte des aspirations des individus..
.
L’anarchisme pose aussi la question de la propriété. Sur ce point, deux tendances s’opposent : l’une prône le maintien de la propriété individuelle et l’autre, héritière notamment du babouvisme, développe une conception collectiviste de la répartition des biens. Toutefois, les anarchistes se démarquent du communisme et, dès 1866, le Russe Mikhaïl Bakounine prédit que le système étatique communiste porte en germe la création d’une classe privilégiée, représentée par les bureaucrates. Il s’ensuit une rupture entre les courants anarchistes et socialistes, qui pouvaient jusqu’alors cohabiter..
.
Au congrès de l’Association internationale des travailleurs, ou 1re Internationale, qui se tient à Bâle en 1869, les anarchistes, dirigés par Bakounine, sont mis en minorité par les socialistes; en 1872, ils sont expulsés de l’Internationale. Les tenants de l’anarchisme philosophique continuent de se distinguer des socialistes par l’importance qu’ils accordent à l’absence de tout contrôle sur l’individu et la société, en particulier de tout contrôle émanant de l’État.

 

.

Connexités :
- Communisme
- Socialisme

- Libéralisme
- Capitalisme

- Fascisme

Sources de référence :

MSN Encarta, encyclopédie de référence
Wikipédia, encyclopédie libre de référence

 

 Contact

 |  © Horaz.com  |