Horazyclopédie

Le COMMUNISME

 
.
 
 


 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

 


communisme,
doctrine politique et sociale, philosophie marxiste appliquée, qui vise à instaurer une société sans classes dans laquelle le régime de la propriété individuelle est aboli, garante d’une parfaite égalité entre citoyens. Ses promoteurs ont présenté le communisme comme une alternative au modèle capitaliste d’organisation des sociétés qui n’aboutit qu’à la domination d’une classe (la bourgeoisie, propriétaire des moyens de production) sur une autre classe (le prolétariat).

ORIGINES DU COMMUNISME.
.
Si l’on veut assimiler le communisme à un courant philosophique qui aspire à l’édification d’une société dans laquelle l’égalité servirait de fondement, on peut alors affirmer que cette aspiration est historiquement ancienne. Déjà Platon, dans la République, décrivait une société dans laquelle le citoyen, homme libre, usait de cette liberté afin d’établir une société égalitaire fondée sur la participation de tous aux affaires de la cité..

Le thème d’une société idéale reposant sur la liberté politique, mais surtout sur une mise en commun des biens et des richesses, ne sera développé qu’au XVIe siècle avec les utopistes. Thomas More, dans l’Utopie, et Jean-Jacques Rousseau, dans son Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, voient tous deux dans le régime de la propriété, notamment dans l’appropriation des terres, le ferment de la constitution de sociétés inégalitaires, qui prive le non possédant de son droit au bonheur..

Alors que le premier partira de cette constatation pour décrire le communisme idéal qui règne sur l’île d’Utopie, le second se prononcera moins pour une abolition de la propriété privée que pour une protection de celle-ci dès lors que chacun se voit attribué un lopin de terre lui permettant d’assurer sa subsistance. La constitution d’un prolétariat ouvrier et urbain au XIXe siècle, avec l’industrialisation, marque l’apparition d’un utopisme social.

LE MARXISME.
.
Le courant d’idées existe et servira de base théorique à la constitution du communisme en tant que projet universaliste visant à changer les bases de l’organisation des sociétés. .
.
Marx édifie sa théorie à partir de l’observation des conditions économiques et sociales de son temps. La misère des travailleurs, la dureté des conditions de travail du monde ouvrier et la précarité des conditions d’existence des salariés l’amènent à s’interroger sur la viabilité d’un régime économique qui engendre de telles conséquences. L’économie libérale fondée sur l’initiative de l’entrepreneur, la propriété privée et la concurrence est, pour lui, condamnée à terme, car elle produit un ensemble de conséquences sociales qui ne peuvent que mettre à bas le système. .
.
Le marxisme, tel qu’il est formulé par son auteur, constitue une doctrine sociale qui a vocation à s’édifier sur les ruines du système capitaliste. Marx y ajoute en outre une vision philosophique, dans la mesure où son projet social s’inscrit dans une perspective historique. Marx observe que ce sont les rapports de production, source d’inégalités, qui structurent la société en deux classes sociales antagonistes. Ces classes sont caractérisées par leur opposition. Les propriétaires des moyens de production forment une classe qui s’approprie le travail du prolétariat. L’histoire des sociétés se résume alors à une lutte entre classes sociales..
.
Cette infrastructure productive explique que l’existence des classes sociales est liée à des phases de développement historique déterminé par la production : en ce sens, le marxisme est qualifié de matérialisme historique. Marx poursuit sa démonstration en expliquant que le régime capitaliste ne tire sa croissance que de l’exploitation des travailleurs. C’est celle-ci qui engendre le profit : pour Marx, seul le facteur travail produit de la valeur, or le travail est rémunéré à un coût inférieur à la richesse qu’il produit. De cette différence naît le profit, qui ne vient rémunérer que le seul capitaliste..
.
Cette recherche du profit amène l’entrepreneur à désirer sa maximisation. Celle-ci est recherchée au travers d’une amélioration des techniques de production en vue d’accroître la productivité du travail : elle s’incarne dans la mécanisation de plus en plus poussée des structures industrielles. Or, dans la mesure où Marx affirme que seul le travail est créateur de richesse, l’évolution du capitalisme tel qu’il le décrit conduit nécessairement à long terme à une baisse du taux de profit. Le capitalisme se voit en quelque sorte condamné par là ou il a pêché. Cette évolution liée aux effets de la lutte des classes permettra d’instaurer une nouvelle forme d’organisation sociale postérieure au capitalisme, qui est déjà condamné par l’histoire. La contradiction interne au régime capitaliste réside alors en ce que la production sociale s’oppose à la propriété privée des moyens de production, contradiction qui ne peut être résolue que par la socialisation de ces mêmes moyens de production.

EXPANSION DU COMMUNISME.

Le communisme se comprend comme la traduction politique de la doctrine sociale héritée du marxisme. Loin d’attendre que le capitalisme se détruise lui-même, comme le prédit Marx, la lutte des classes, par le biais de la révolution, est un moyen d’anticiper cette finalité historique et d’instaurer une société communiste reposant sur la propriété collective des moyens de production. Cette lutte passe alors par la constitution d’une organisation politique qui doit conduire cette révolution au nom des travailleurs, qui tous n’ont pas conscience de former une classe dominée et exploitée par la bourgeoisie capitaliste. C’est alors au parti politique qu’il revient de mener cette lutte. Par nature, celui-ci est nécessairement unique, car il ne défend qu’un seul intérêt, même si celui-ci est collectif : c’est l’intérêt de la société tout entière, qui doit s’organiser autrement. .
.
C’est la révolution russe de 1917 qui marque le point de départ de l’édification d’une autre forme d’organisation économique et sociale se réclamant du marxisme. Au sortir de la guerre, les révolutionnaires bolcheviques, avec Lénine à leur tête, prennent conscience que le pays n’est pas encore prêt à réaliser la société sans classes. Sans renier leurs idéaux, mais confrontés à la nécessité de s’adapter aux contraintes du moment — la reconstruction de l’économie russe, puis soviétique —, ils font coexister un secteur d’État avec un secteur privé. Cette période coïncide avec la nouvelle politique économique (NEP) menée par Lénine. .

Ce n’est qu’avec l’éviction de Trotski par Staline que l’édification du communisme devient l’idéologie officielle de l’État-parti. Cette édification passe par une planification impérative, au moyen de plans quinquennaux, servant à une industrialisation intensive, et par une collectivisation des terres qui modifie profondément les structures agricoles. Sur le plan politique, c’est le parti, porte-parole et avant-garde du prolétariat, qui se confond avec l’État. L’URSS devient alors la patrie du communisme et doit le répandre hors de ses frontières. La structure internationale que se donne la révolution soviétique avec la IIIe Internationale participe de cette ambition. Il s’agit d’une part de favoriser la constitution de partis d’obédience communiste dans les pays dans lesquels l’écho des théories socialistes est important, et d’autre part de soutenir les nations qui tentent de s’affranchir de la domination coloniale en revendiquant leur indépendance.

DECLIN DU COMMUNISME.
.
En 1985, l’arrivée de Mikhaïl Gorbatchev à la direction de l’Union soviétique marque un tournant irréversible, car elle permet de prendre la mesure de l’échec du communisme soviétique : à l’intérieur, une économie en crise ne répondant pas aux besoins élémentaires de la population, à l’extérieur, le coût démesuré du maintien d’une zone d’influence dans laquelle les mécontentements et les revendications nationales vont croissants. .
.
Les causes de l’échec sont nombreuses. Une pourtant est susceptible d’expliquer toutes les autres : le communisme tel qu’il a été pratiqué s’est considérablement éloigné de la doctrine généreuse (le bonheur et l’égalité pour tous) qui en constituait le fondement. Le parti, conçu comme avant-garde du prolétariat, s’est comporté comme une organisation totalitaire qui a failli tant au plan politique qu’au plan économique : la dictature du prolétariat s’est transformée en simple dictature politique. .
.
Le processus de réforme et de démocratisation mis en route à la fin des années quatre-vingt a abouti à la dissolution de l’Union soviétique en décembre 1991. Depuis 1987, la Chine est également touchée par une vague de libéralisation, essentiellement économique. Le Parti communiste chinois, qui a reconnu la nécessité de cette évolution, conserve toutefois une pratique politique autoritaire. À l’exception de la Chine, les régimes se réclamant du communisme subsistent de façon marginale dans certains pays du tiers-monde (Cuba, Corée du Nord, Viêt Nam)..

 

.

Connexités :
- Capitalisme
- Libéralisme
- Socialisme
- Anarchisme
- Fascisme
- Révolution d'Octobre

- Lénine
- Joseph Staline
- URSS
- Mikhaïl Gorbatchev
- Trotski

Sources de référence :

MSN Encarta, encyclopédie de référence
Wikipédia, encyclopédie libre de référence

 

 Contact

 |  © Horaz.com  |