Horazyclopédie

Le FASCISME

 
.
 
 


 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

 


fascisme,
terme qualifiant au sens strict le régime dictatorial et totalitaire établi par Benito Mussolini en Italie entre 1922 et 1945 et, au sens large, la doctrine politique qui a servi de fondement à l’expérience italienne et de modèle théorique à certains mouvements nés durant l’entre-deux guerres.
.
.
Exaltant les valeurs de la famille, du travail, la solidarité nationale, la prévalence des intérêts nationaux dans tous les domaines, l’ordre et la discipline, les fascistes rejettent le pouvoir de l’argent et la démocratie libérale, considérée comme corrompue et inefficace. L’épanouissement de l’idéologie fasciste s’inscrit dans un mouvement global, celui de la recherche d’une troisième voie, alternative au capitalisme libéral et au communisme marxiste, dans le cadre d’une révolution conservatrice.

HISTORIQUE DU MOUVEMENT FASCISTE.
.
En tant que phénomène historique et modèle politique, le fascisme est apparu en Italie après la Première Guerre mondiale, dans un contexte de crise économique et de déception liée aux traités de Saint-Germain-en-Laye (1919) et de Rapallo (1920), considérés par beaucoup d’Italiens comme une trahison par rapport aux gains territoriaux qui avaient été promis à l’Italie par les Alliés lors de son entrée en guerre (mai 1915). Le vide politique laissé par l’effondrement des Empires austro-hongrois et ottoman, le choc de la révolution russe contribuent également, mais dans une moindre mesure, à créer un climat d’instabilité propice à l’émergence du fascisme..
.
Le mot fascisme est employé pour la première fois par Benito Mussolini en 1919 ; le terme fait référence aux faisceaux (fasci), assemblage de verges liées autour d’une hache, qui représentait l’unité civique et l’autorité de Rome. Personnalité complexe, Mussolini, créateur en 1919 des Faisceaux italiens de combat, puis fondateur en 1921 du Parti fasciste italien, commence sa carrière politique sous l’étiquette socialiste, mais il ne tarde pas à infléchir son programme, à l’origine très influencé par l’anarchisme et le syndicalisme révolutionnaire, pour mettre le bras paramilitaire de son mouvement, les Chemises noires (appelées ainsi par opposition aux Chemises rouges de Giuseppe Garibaldi) au service des intérêts des puissants industriels et des propriétaires terriens, alliés à l’Église catholique et à l’armée, dans le but de faire échouer l’agitation ouvrière.

LE FASCISME AU POUVOIR.
.
En octobre 1922, Mussolini lance la marche sur Rome, manifestation de force purement symbolique puisque le roi a déjà décidé de l’appeler au gouvernement. Nommé président du Conseil, il forme un gouvernement d’union nationale et prépare la conquête totale du pouvoir, qui ne sera effective qu’en 1926 avec la promulgation des lois « fascistissimes » restreignant les libertés, interdisant les partis et attribuant les pleins pouvoirs au Duce (« le chef », en italien)..
.
Opérant graduellement la fascisation des institutions et des consciences, il introduit le principe de la nomination à tous les postes politiques, la prestation de serment pour tous les fonctionnaires et le corporatisme dans toutes les professions ; il embrigade la jeunesse dans des formations paramilitaires et fait pourchasser les opposants politiques par une police redoutée pour son efficacité. Dans le domaine économique, le régime, qui se contente au départ d’apporter certaines améliorations sociales (institution d’un Fonds national des assurances sociales, par exemple) sans remettre en cause le modèle libéral, oriente bientôt le pays vers un véritable capitalisme d’État, fondé à l’intérieur sur une politique de grands travaux et d’industrialisation à marche forcée, et vis-à-vis de l’extérieur sur l’autarcie..
.
À l’extérieur, dans la tradition de la Rome antique, le régime entreprend une politique de conquêtes coloniales (guerre d’Éthiopie en 1935-1936). Proche des autres régimes autoritaires, l’Italie fasciste soutient militairement le régime du général Francisco Franco pendant la guerre d’Espagne, noue des liens privilégiés avec l’Allemagne nazie d'Hitler et entre en guerre contre les Alliés en juin 1940. Défait militairement, le régime s’effondre à Rome en juillet 1943.
.
Le modèle italien reste l’exemple le plus achevé des régimes fascistes, mais ses traits dominants l’inscrivent dans un mouvement intellectuel qui permet de souligner ses parentés avec d’autres courants.

FONDEMENTS THEORIQUES DU FASCISME.

On peut identifier certaines des sources doctrinales du fascisme, et c’est l’inscrire alors dans une mouvance où l’on retrouve aussi bien Nietzsche pour le nihilisme que Proudhon pour l’exaltation de la communauté de producteurs comme base de l’organisation sociale, Sorel pour la dénonciation du capitalisme, Maurice Barrès pour l’exaltation du nationalisme ou Gabriele D’Annunzio pour l’esthétique individualiste et virile teintée de romantisme..
.
S’opposant à des valeurs telles que l’individualisme, la démocratie, le rationalisme et la laïcité qui procèdent des Lumières, le fascisme est issu d’un courant qui prend globalement le contre-pied des idéaux incarnés par la Révolution française. Ainsi, les fascistes italiens répondent-ils au slogan révolutionnaire « Liberté, Égalité, Fraternité » par « Croire ! Obéir ! Combattre ! ». Dans cette logique, le fascisme est nécessairement caractérisé par le rejet des institutions démocratiques, afin de réaliser l’absorption du pouvoir législatif par le pouvoir exécutif. Faisant un large usage d’une rhétorique anticapitaliste soulignant l’aliénation propre à la condition ouvrière, le discours fasciste se rapproche sur ce point du discours marxiste..
.
L’idéal fasciste est celui d’une communauté nationale structurée de manière autoritaire, dans laquelle les classes sont remplacées par les corporations professionnelles, la lutte des classes par la solidarité sociale et l’atomisation de la société par l’exaltation du modèle familial.
.
Le fascisme induit une organisation verticale du pouvoir dans lequel tous les aspects de la vie politique, économique et sociale sont encadrés sous l’autorité d’un État centralisé s’appuyant sur un parti unique et un appareil répressif contrôlant tous les moyens d’expression (devenus inutiles puisque le chef est l’incarnation du corps social).
.
L’individualisme disparaît au profit du groupe, producteur d’un homme nouveau, incarnation des valeurs de jeunesse, d’héroïsme et de modernité qui constituent l’horizon symbolique du fascisme. Fondamentalement anti-intellectuelle, volontiers empreinte de mystique, l’idéologie fasciste exalte la personne du chef suprême de la nation, combattant visionnaire, et l’image de la guerre, que popularise une esthétique faisant une large place aux symboles guerriers.
.
L’État fasciste, fondé sur l’idée de supériorité nationale, se donne pour objectif le renforcement de la puissance militaire du pays, avec généralement pour corollaire une politique d’expansion territoriale.

ANALYSE DU PHENOMENE FASCISTE, DIFFERENT DU NAZISME.
.
Un premier angle d’analyse consiste à comparer l’expérience italienne à l’Allemagne nazie, pour mieux isoler les caractéristiques fondamentales de chacun des régimes. Si l’on peut observer que le nazisme et le fascisme se sont épanouis dans deux pays qui étaient ressortis frustrés de la Première Guerre mondiale, on doit pourtant remarquer que l’Italie a justifié ses tentatives d’expansion territoriale par la rhétorique de la toute-puissance de l’État, et jamais par l’exaltation d’un espace vital aux contours définis par la « race », comme l’a fait l’Allemagne, empreinte d’une forte tradition pangermaniste, et qu’elle n’a pas fondé son régime sur une politique d’élimination systématique et obsessionnelle des « races » dites « inférieures ».
.
D’autres interrogations ont porté sur les origines du fascisme. Les analystes mettent l’accent sur les conséquences économiques et sociales de la crise de 1929, conduisant à la paupérisation de la classe ouvrière, mais également des classes moyennes, source de recrutement privilégiée des mouvements fascistes. L’analyse marxiste va plus loin, qui voit dans le fascisme une révolution conservatrice.

EXPORTATION DU MODELE FASCISTE.

Le régime de Mussolini fournit un modèle aux fascismes des années 1920-1930 qui fleurissent dans un contexte de crise économique, politique et morale. Ils remportent leurs plus grands succès dans des pays sans grande tradition démocratique. Cependant, l’identification de tout mouvement fasciste à un chef charismatique fait tellement partie de sa doctrine, et les fondements idéologiques du fascisme sont tellement hétérogènes, qu’on ne peut parler que de fascismes au pluriel, en fonction de la composition sociale de chacun de ces mouvements, de ses relations avec des institutions comme l’Église ou avec le capitalisme.
.
On retrouve les tenants de l’idéologie fasciste à la même époque en Espagne avec José Antonio Primo de Rivera, chef de la Phalange, qui rejoint le général Francisco Franco au début de la guerre d’Espagne ; au Portugal avec António de Oliveira Salazar, fondateur d’un régime à tendance corporatiste ; en Hongrie avec Gyula Gömbös, leader du mouvement fasciste des Croix fléchées ; en Belgique avec le rexisme de Léon Degrelle ; en Roumanie avec Corneliu Codreanu, chef de la Garde de fer, formation politique de première importance à la fin des années trente ; en Yougoslavie, avec les autonomistes croates dirigés par Ante Pavelić, fondateur du mouvement fasciste des oustachis et collaborateur des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.
.
En Norvège, le fascisme a attiré quelques personnalités, comme Vidkun Quisling et l’écrivain Knut Hamsun. En Grande-Bretagne, l’Union britannique des fascistes dirigée par sir Oswald Mosley a connu un bref succès d’opinion. L’Amérique latine n’a pas été épargnée, et l’Action intégraliste brésilienne, le premier mouvement authentiquement fasciste dans cette région du monde, a été créée au Brésil à la même époque. Elle a apporté son soutien au président Getúlio Vargas qui, en 1937, instaure un « État nouveau » (Estado Novo) et s’engage dans de vastes réformes sociales qui lui valent le surnom de « père des pauvres ». En Asie, le régime impérial japonais des années trente, ultranationaliste et expansionniste, présente de nombreuses caractéristiques propres au fascisme.
.
En France, plusieurs organisations dont les Jeunesses patriotes de Pierre Taittinger, le francisme de Marcel Bucard, d’inspiration agrarienne, les Croix-de-Feu du colonel de La Rocque, ainsi que des personnalités du milieu intellectuel telles que Robert Brasillach ou Marcel Déat sont, de façon plus ou moins étroite, sympathisants ou proches du fascisme. En 1934, en conflit avec le Parti communiste, Jacques Doriot, membre du Comité central, fonde le Parti populaire français (PPF), exemple le plus représentatif du fascisme français, dont sont proches des intellectuels et des écrivains comme Drieu La Rochelle.
.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, les régimes fascistes en place s’allient plus ou moins ouvertement avec l’Allemagne nazie. Plusieurs pays (Pays-Bas, Belgique, France) envoient des volontaires ou des troupes régulières (Roumanie, Espagne) pour aider la Wehrmacht à combattre l’Armée rouge.

POSTERITE DU FASCISME.
.
La défaite de l’Allemagne et de l’Italie dans la Seconde Guerre mondiale discrédite le fascisme de manière fondamentale en Europe et le climat de reconquête économique de la période dissipe le mécontentement social qui avait contribué à alimenter le fascisme dans les années 1930. Juan Domingo Perón, élu président d’Argentine en 1946, met en place le seul nouveau pouvoir apparenté au fascisme de l’après-guerre. Reposant sur une base électorale populiste, il présente, toutefois, peu de points communs avec le fascisme européen d’avant-guerre.
.
En Europe occidentale, le néofascisme est apparu dans les années soixante-dix, s’exprimant alors essentiellement dans le cadre de groupuscules souvent paramilitaires qui exaltent un nationalisme teinté de xénophobie et prônent un retour à l’ordre général. Dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, le mouvement, se nourrissant de la désillusion à l’égard des partis politiques établis, s’institutionnalise avec la création de véritables partis. L’Alliance nationale (AN) italienne (l’ancien Mouvement social italien, MSI) est le plus puissant d’Europe. Il participe au gouvernement italien en 1994 et en 2001.
.
Le vide politique et idéologique qui a accompagné la désintégration de l’URSS et du bloc communiste a permis l’émergence de plusieurs partis néofascistes dans les anciens pays du pacte de Varsovie ; en Russie, le Parti libéral démocrate de Vladimir Jirinovski et l’Unité nationale russe d’Alexandre Barkachov, au discours ultranationaliste et xénophobe, rencontrent une certaine audience.
.
Si, de nos jours, le fascisme n’existe plus en tant que mode d’organisation d’un régime politique, les éléments de l’idéologie fasciste sont toujours présents dans un certain nombre de discours, plutôt sous la forme de références éparses, utilisées en fonction des contextes politiques nationaux, que comme corps de doctrine constituée.

 

.

Connexités :
- Benito Mussolini
- Nazisme
- Adolf Hitler
- Démocratie
- Libéralisme
- Capitalisme

- Communisme
- Socialisme

Sources de référence :

MSN Encarta, encyclopédie de référence
Wikipédia, encyclopédie libre de référence

 

 Contact

 |  © Horaz.com  |