Horazyclopédie

Barack OBAMA

 
.
 
 


 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

 


Obama, Barack Hussein (1961- ),
homme d’État américain, 44e président des États-Unis (2009- ), premier président afro-américain.
.

Né le 4 août 1961 à Honolulu (Hawaï), Barack Hussein Obama est un homme politique américain élu sénateur en 2005 et président des Etats-Unis le 5 novembre 2008 (vote des grands électeurs le 15 décembre 2008 - entrée en fonction le 20 janvier 2009).

ORIGINES :.

Son père kenyan, Barack Obama Sr (1936-1982), d'éducation musulmane mais se prétendant athée était fils d'un guérisseur. D'abord jeune cuisinier à Alego (Lac Victoria) il a l'opportunité de suivre des études à l'école des missionnaires avant d'être encouragé à les poursuivre à l'université de Nairobi. Des études couronnées de succès qu'il complète par un cursus d'économétrie aux Etats-Unis, à l'université d'Hawaï, où il fonde l'association des étudiants étrangers et rencontre la mère de Barack Obama Jr, Stanley Ann Dunham (1942-1995). Née sur une base de l'armée américaine, cette dernière a été élevée dans une famille américaine chrétienne mais elle se disait agnostique..

Ils se marient en 1960. Barack junior naît le 4 août 1961. En 1963, Barack Obama Senior continue son parcours universitaire à l'université de Harvard où il se rend sans sa famille dont il ne peut subvenir aux besoins..Le divorce des parents Obama est prononcé en 1964..Diplôme d'économie obtenu, Barack Senior retourne au Kenya en 1965. Il y fonde une nouvelle famille et entame une jolie carrière dans les coulisses du gouvernement kenyan puis connaît la disgrâce, sombre dans l'alcoolisme et la misère, avant de se tuer dans un accident de voiture en 1985. Il n'a revu son fils qu'une seule fois..

Stanley Ann Dunham, la maman de Barack Obama junior, se remarie avec un étudiant indonésien, Lolo Soetoro, et part s'installer à Jakarta en 1967. Union dont naît Maya, la demi-soeur de Barack Obama. Au cours de son exil indonésien, le jeune Barack Obama aurait été un musulman pratiquant. Une assertion contestée par Obama. Il assure avoir été scolarisé dans une école publique pendant deux années et avoir été versé dans un cours musulman (religion de son beau-père) avant d'être dirigé vers une école privée catholique..

En 1971, Barack a dix ans et rentre à Hawaï afin de suivre - grâce à une bourse - sa scolarité au sein d'une prestigieuse école privée. Il est alors élevé par sa grand-mère maternelle, Madelyn Dunham (décédée le 2 novembre 2008). Sa maman le rejoint en 1974 avec Maya, après un second divorce. Elle retourne en Indonésie en 1977, mais Barack refuse de l'y accompagner. Elle décède en 1995, des suites d'un cancer.

CURRICULUM VITAE :.

Les études supérieures de Barack Obama se déroulent en Californie puis à l'Université Columbia de New York, où il est diplômé en sciences politiques et en relations internationales..

Il travaille d'abord dans une grande compagnie financière de Chicago avant de se tourner, en 1984, vers le secteur social. Dans les quartiers noirs défavorisés, il oeuvre pour le compte d'un réseau d'églises progressistes qui défend les intérêts des résidents du quartier de Bronzeville, obtient le désamiantage des logements sociaux et lutte contre la délinquance des jeunes. C'est au cours de cette expérience qu'il se rapproche de l'Eglise Unie du Christ et se convertit au protestantisme..

En 1987, il décide de reprendre ses études et d'étudier le droit à l'Université de Harvard, à Cambridge (Boston)..

Il revient ensuite à Chicago ou il prend la charge de professeur de droit constitutionnel à l'université et intègre un cabinet juridique spécialisé dans la défense des droits civiques..

Dans ce cabinet, il rencontre une avocate associée, Michelle Robinson, qu'il épouse en 1992. Le couple donne naissance à deux filles, Malia Ann (1998) et Sasha (2001)..

Avocate renommée, Michelle Robinson-Obama est également une figure influente du Parti Démocrate local, proche du maire de Chicago. C'est elle qui propulse la carrière de Barack Obama qui, jusque là, n'avait eu pour seul engagement politique que le soutien de la candidature de Bill Clinton à la présidence des Etats-Unis..

CARRIERE POLITIQUE :.

Fulgurante est le mot qui s'impose lorsqu'on regarde l'ascension politique de Barack Obama..

En 1996, il est élu au sénat local de l'Illinois (13è circonscription).
Il y préside la commission de santé publique, soutient les mesures en faveur de la couverture des soins de santé des plus démunis, défend la cause des homosexuels et participe activement à la promotion de la lutte contre le sida.
Négociateur particulièrement habile, il obtient de nombreux compromis et concessions de la part des républicains afin de réunir les voix et moyens nécessaires à l'accomplissement de politiques et luttes spécifiques telles que l'opposition au profilage racial
, l'imposition de la vidéosurveillance lors des interrogatoires de police ou l'obtention d'un moratoire sur l'application des peines capitales dans l'Illinois..

Obama rencontre cependant un revers en 2000, alors qu'il souhaite se présenter à la Chambre des Représentants. La parti démocrate lui refuse l'investiture, ne lui accordant que 30% de votes favorables..

En 2002, il se fait remarquer au niveau national en prenant publiquement parti contre l'intervention américaine en Irak. Il est à ce moment un des rares démocrates à critiquer cette politique. Attitude dont il saura tirer argument tout au long de la campagne présidentielle de 2008 face à des opposants (Hillary Clinton, pour l'investiture démocrate, et John McCain, son adversaire républicain) ayant soutenu l'intervention américaine avant de la contester dans le sillage de l'opinion publique..

Le grand public découvre Barack Obama en juillet 2004, à l'occasion de la Convention Démocrate de Boston, lorsqu'il prononce un discours (relayé par les télévisions et la presse écrite de tout le pays) de soutien à John Kerry, particulièrement agressif à l'égard de l'administration de George W. Bush..

Le 2 novembre 2004, il est triomphalement élu au Sénat des Etats-Unis, avec 70% des voix. Il faut cependant savoir que son adversaire républicain (Alan Keyes) avait été désigné seulement deux mois avant l'élection, provenait du Maryland et ne pouvait se prévaloir d'aucune attache dans l'Illinois..

Avec le vent en poupe, Obama saisit l'occasion de rentabiliser une réelle popularité naissante lorsqu'il signe, en décembre 2004, un contrat de près de 2 millions de dollars avec une grande maison d'édition pour écrire trois livres dont un premier concernera ses opinions politiques et un second, rédigé avec son épouse, sera destiné aux enfants..

Le 5 janvier 2005, il devient le cinquième sénateur noir de l'histoire des Etats-Unis, l'unique contemporain..

Le 5 novembre 2008, il est élu 44è président des Etats-Unis d'Amérique..

CAMPAGNE PRESIDENTIELLE DE 2008 :.


Elections primaires - Investiture démocrate.

Alors que Hillary Clinton, pressée de toutes parts et ayant patiemment construit sa candidature pendant plus de huit ans, fait figure de candidate démocrate toute désignée à l'élection présidentielle de 2008, Barack Obama décide - malgré son inexpérience de la politique nationale et internationale - de se présenter à l'investiture de son parti le 10 février 2007..

Obama établit son plan de campagne sur trois axes. Il s'affranchit des politiques partisanes et se présente comme la seule véritable incarnation du changement ; il cible prioritairement les électeurs indépendants, les jeunes, les démunis et défavorisés, ainsi que les communautés d'origine étrangère ; il s'emploie avec succès à séduire des bataillons entiers de personnalités à fort impact populaire dans les milieux du show-business, de la presse et des affaires (George Clooney, Matt Damon, Will Smith, Robert De Niro, Halle Berry, Scarlett Johansson, Nicole Scherzinger, Oprah Winfrey, Warren Buffet, George Soros ou Michael Moore, entre autres)..

Rapidement l'investiture démocrate se résume à un duel entre le sénateur de l'Illinois et Hillary Clinton, l'ex première dame à présent sénateur de New York. D'un état à l'autre, les caucus sont remportés tantôt par le candidat noir, tantôt par l'épouse de Bill Clinton. Les voix sont chères et la lutte se déroule à couteaux tirés, presque tous les coups étant permis des deux côtés pourvu qu'ils puissent discréditer l'adversaire..

Le 28 janvier 2008, Obama reçoit l'appui du clan Kennedy à un moment opportun où son image pâlissait. Il reprend du poil de la bête dans les semaines suivantes et distance une Hillary Clinton, plus tenace que jamais, qui parvient à sauvegarder des chances alors compromises à la fin avril en remportant la Pennsylvanie..

Le 13 mai 2008, John Edwards, le troisième candidat crédible mais à la traîne, jette le gant et se rallie à la candidature d'Obama..

En mai, une polémique voit le jour avec l'Eglise Unie du Christ dont un pasteur et un révérend (amis de Barack Obama) desservent la cause du candidat afro-américain dans des sermons racistes qui s'attaquent à Hillary Clinton en raison de sa couleur de peau. Des propos qui obligent Obama à se dissocier de ses amis et à quitter ladite église dont il est membre depuis plus de vingt ans..

Le 3 juin 2008, à l'issue des primaires du Montana et du Dakota du Sud, Obama détient les 2118 délégués nécessaires à sa désignation à l'investiture démocrate. Mais Hillary Clinton conteste la légitimité du décompte, estimant réunir plus de votes populaires que son adversaire et que le nombre de délégués n'est donc pas représentatif. Elle refuse de reconnaître sa défaite. Maladroitement, elle évoque l'éventualité d'un assassinat d'Obama qui pourrait toujours survenir et la remettre en position de briguer la présidence..

Après de longues, éprouvantes et obscures négociations de coulisses (il se dit qu'Obama se serait engagé à éponger les dettes de campagne de l'ex première dame), Hillary Clinton accepte finalement de "suspendre" sa candidature et de soutenir Obama dans la conquête de la Maison Blanche..

Le 27 août 2008, lors de la Convention Démocrate, Barack Obama est officiellement investi par acclamation des délégués, une procédure suggérée par une Hillary Clinton feignant ainsi une grande réconciliation improbable..

.

Doctrine politique et programme.

Le parcours politique de Barack Obama démontre qu'il est particulièrement doué pour la négociation, l'élaboration de compromis et le rassemblement de forces de toutes origines afin de faire progresser ses idées et ses priorités. Cependant, ses votes au Sénat depuis 2005 l'ont clairement classé dans la tendance la plus à gauche du parti démocrate..

En matière de politique étrangère, Obama dit vouloir se montrer plus ferme à l'égard du programme nucléaire de la Corée du Nord mais se propose d'entamer un dialogue "sans conditions préalables" avec l'Iran de Mahmoud Ahmadinejad, s'engage à retirer les troupes américaines d'Irak selon un calendrier de 16 mois prenant cours dès son entrée en fonction et souhaite renforcer la présence de l'armée US en Afghanistan. Sur l'épineuse question du proche-orient, l'attitude de Barack Obama est beaucoup moins claire. S'il s'est souvent montré compréhensif envers les Palestiniens et assez peu soucieux de la préservation de l'état d'Israël, il a cependant proclamé dans un discours du 4 juin 2008 son soutien au statut de Jérusalem en tant que capitale indivisible d'Israël..

Au plan de la politique nationale, Obama est partisan de la peine de mort pour les crimes les plus graves (notamment les viols d'enfants) mais souhaite limiter drastiquement les conditions qui peuvent y conduire. Il ne remet pas en question le droit de posséder une arme mais espère promulguer des lois permettant d'en éloigner les enfants et les membres de gangs. Favorable à l'avortement, il défend également le droit des homosexuels à l'union civile et leur accession aux droits et avantages matrimoniaux, précisant néanmoins que le mariage civil au sens strict doit rester réservé à des couples composés d'un homme et d'une femme... même s'il envisage de laisser à chaque Etat toute latitude de se positionner en cette matière. Il estime encore que le nombre de Noirs dans les prisons est disproportionné par rapport à la réalité de la société et se propose de dénoncer les dérapages du système judiciaire en la matière..

En matière économique et sociale, il projette une refonte en profondeur de système de santé américain et la mise en place d'une "assurance santé universelle", préconise un relèvement du salaire minimum et son indexation sur l'inflation, d'importantes baisses d'impôts pour les classes moyennes, la possibilité pour les ménages les plus modestes d'obtenir des crédits d'impôt. La crise des subprimes et le poids des crédits lui inspirent la volonté de contrôler plus étroitement les marchés financiers et les politiques de prêts des banques. Enfin, il souhaite lancer un vaste plan de grands travaux publics financés par les économies réalisées grâce au retrait des troupes engagées en Irak..

Pour lutter contre le réchauffement climatique, il propose d'augmenter le prix de l'électricité, d'investir dans les biocarburants, les énergies alternatives et se déclare favorable à l'instauration d'un marché du CO2 (obligeant les entreprises polluantes à racheter un "droit à polluer" auprès d'entreprises non polluantes). Il est également plutôt favorable au développement de l'énergie nucléaire comme solution aux problèmes climatiques mais sa position sur le sujet est devenue ambivalente durant la campagne électorale..

Concernant la sécurité nationale, il entend fermer le camp de détention de Guantánamo mais aussi, le cas échéant, lancer des opérations militaires contre Al-Qaida en Afghanistan mais aussi au Pakistan, sans recevoir l'aval de ce dernier. Au nom de la lutte antiterroriste, il a approuvé la loi autorisant les écoutes des citoyens..

.

La campagne présidentielle.

La campagne présidentielle de Barack Obama, face au candidat républicain John McCain, commence par une tournée internationale qui passe par l'Afghanistan, l'Irak, Israël, l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne.
.

Jo BidenLe 23 août, après avoir longuement négocié sans succès avec Hillary Clinton, Obama choisit Jo Biden, sénateur du Delaware, comme colistier et candidat à la vice-présidence. Sénateur depuis 1973, celui-ci est président de la commission des Affaires Etrangères du Sénat. Des compétences qui renforcent la crédibilité d'Obama dont l'inexpérience en matière de politique internationale pouvait constituer un handicap dans la course à la Maison Blanche..

Deux semaines avant l'élection, Obama reçoit l'appui sans réserve d'un autre Noir célèbre, Colin Powell, ancien Secrétaire d'Etat républicain de George W. Bush et ancien général des troupes américaines au Koweit et en Irak lors de la Guerre du Golfe, en 1991..

Le 23 et le 24 octobre, Barack Obama suspend brièvement sa campagne pour se rendre à Hawaï au chevet de sa grand-mère, Madelyn Dunham (née en 1922), à l'agonie..

Jo Biden, bien connu pour ses nombreuses gaffes, ne faillit pas à sa réputation lors d'une rencontre avec des donateurs de Seattle. Il déclare en effet : « Croyez-moi. Il ne se passera pas six mois avant que le monde ne mette à l'épreuve Barack Obama, comme il l'avait fait avec Kennedy (…). Écoutez, nous allons avoir une crise internationale, une crise fabriquée, pour voir de quel bois se chauffe ce gars-là (…). Je vous garantis que cela va arriver. »
John McCain tente de profiter de l'aubaine en estimant que le pays n'a pas besoin « d'un président qui invite le monde à le tester à un moment où notre économie est en crise, et où les Américains se battent déjà dans deux guerres ! »
.

Le 29 octobre, Barack Obama diffuse un spot de 30 minutes sur 7 chaînes américaines. Dans ce spot, qui coûte 4 millions de dollars, le candidat annonce un plan en faveur des classes moyennes pour lutter contre la crise économique..

Le décès de sa grand-mère maternelle, le 2 novembre, l'amène à essuyer quelques larmes dignes lors d'un de ses derniers meetings, s'assurant par là la sympathie de nombreux électeurs émus ou rassurés quant à sa capacité à surmonter les épreuves personnelles en vue d'un objectif supérieur..

Le 5 novembre, Barack Obama récolte 52% des votes populaires lors de l'élection présidentielle (contre 46% à son adversaire démocrate), réunit sur son nom 364 grands électeurs pour 163 à McCain.
Le vote des grands électeurs investira Obama en tant que 44è président des Etats-Unis d'Amérique le 15 décembre 2008 et le premier président américain noir de l'histoire entrera en fonction le 20 janvier 2009.
.

La victoire d'Obama s'est jouée auprès des publics cibles qu'il avait désignés dès février 2007 : les électeurs indépendants, les jeunes, les démunis et les défavorisés, ainsi que les communautés d'origine étrangère (ces dernières ont voté en masse pour le candidat afro-américain, essentiellement les Noirs et les Hispaniques) qui ont fait la différence. Moins de 4 électeurs blancs sur 10 lui ont accordé leur vote..

La campagne présidentielle aura révélé une prodigieuse capacité mobilisatrice du candidat démocrate auprès des minorités ethniques et des classes sociales pauvres et moyennes..

On frôle le paradoxe quant on considère que Barack Obama a mené une campagne de riche, la plus chère de toute l'histoire des USA. Son élection a ainsi englouti pas moins de 750 millions de dollars tandis que le républicain John McCain n'investissait quant à lui "que" 350 millions de dollars. Des sommes astronomiques qu'Obama devra bien, d'une manière ou d'une autre, à un moment ou à un autre, rembourser à de généreux donateurs qui ne sont pas tous des philanthropes...
 

PRIX NOBEL DE LA PAIX 2009 :.

Barack Obama reçoit, le 9 octobre 2009, le prix Nobel de la Paix, suscitant la surprise et une certaine incrédulité dans le monde, alors que le président américain n'en est qu'à son dixième mois de mandat. Le comité du Nobel norvégien justifie sa décision, selon ses termes, pour « les efforts extraordinaires [du président américain] en faveur du renforcement de la diplomatie internationale et de la coopération entre les peuples ». Cette décision est généralement qualifiée de politique et de partisane, récompensant plus des paroles et des bonnes intentions que des actes concrets suivis d'effets positifs. Obama devient cependant le quatrième président américain et le troisième en fonction à recevoir le prix, après Theodore Roosevelt, Woodrow Wilson et Jimmy Carter.

 

.

Connexités :
- Bill Clinton
- Parti Démocrate
- Parti Républicain
- George W. Bush
- George Bush senior
- Ronald Reagan

Source de référence :

Wikipédia, encyclopédie libre de référence

 

 Contact

 |  © Horaz.com  |