Horazyclopédie

Parti REPUBLICAIN

 
.
 
 


 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

 


Parti Républicain [États-Unis] (Republican Party),
l’un des deux principaux partis politiques des États-Unis, appelé parfois Great Old Party, le « vieux grand parti ».
.

Le Parti républicain a été fondé en 1854, par une coalition composée d’anciens membres des partis Whig, Free-Soil et Know-Nothing, auxquels se sont ajoutés quelques démocrates du Nord, mécontents de l’attitude conciliatrice de leur parti sur la question de l’esclavage. Les premiers républicains sont réunis par leur refus de l’extension de l’esclavage aux territoires de l’Ouest.
.

A la fin des années 1850, les républicains deviennent le second parti des États-Unis, acquérant ainsi un équilibre avec les démocrates. Leur ascension est favorisée par l’inquiétude croissante que provoque, dans le Nord, l’influence des États du Sud à Washington. En 1860, le candidat républicain, Abraham Lincoln, est élu à la présidence. Les États du Sud réagissent à cette élection en faisant sécession de l’Union, ce qui plonge le pays dans la guerre civile.

GUERRE DE SECESSION ET CONSEQUENCES :.

La guerre de Sécession et la période de reconstruction qui suit assurent la solidité et la pérennité de l’ancrage du Parti républicain. Les républicains occupent la plupart des postes à mandat électif pendant la guerre. Tout au long de la génération suivante, ils font pleinement usage de leur ferveur patriotique pour dénoncer les démocrates comme traîtres et partisans du Sud..

Dans les années 1860, toutefois, républicains modérés et radicaux s’opposent violemment sur leurs objectifs de guerre, bien qu’unis dans la lutte contre leur adversaire commun démocrate. Les radicaux veulent utiliser la guerre pour mettre un terme à l’esclavage et réformer la société et les structures du pouvoir dans le Sud. Les modérés, de leur côté, acquiescent à l’abolition de l’esclavage, mais rejettent catégoriquement l’idée de réorganiser l’infrastructure socio-économique du Sud. Le président Lincoln parvient habilement à dresser les factions l’une contre l’autre. Il est assassiné en 1865, mais la lutte pour le contrôle du parti se poursuivra jusqu’en 1868, date à laquelle les radicaux échoueront à faire tomber le président Andrew Johnson. À partir de ce moment, le parti s’orientera de plus en plus vers des candidats modérés..

Les républicains tentent de s’implanter dans le Sud en invitant les groupes conservateurs à s’unir aux Noirs affranchis. Ils ne parviennent malheureusement pas à contrebalancer les campagnes racistes menées par les démocrates locaux. Le soutien des républicains aux revendications pour les droits des Noirs commence à faiblir lorsqu’ils s’aperçoivent que ce soutien coûte au parti des votes indispensables. Les Noirs n’ont pas le droit de vote, tandis que les Blancs restent démocrates.

IMPACT DE LA RÉVOLUTION INDUSTRIELLE :.

À la fin du xixe siècle, la révolution industrielle commence à influer sur les républicains. Depuis ses débuts, le Parti républicain incarne une certaine image de l’Amérique, nationaliste, protestante et anglo-saxonne, et se prononce en faveur d’un gouvernement fédéral fort. Dans la période qui suit la guerre de Sécession, le parti commence également à représenter une grande partie des forces industrielles montantes de la société. Malgré les réticences de certains dirigeants républicains, les orientations politiques du parti reflètent de plus en plus les valeurs industrielles, et les actions des gouvernements républicains encouragent l’émergence d’une économie industrielle fortement centralisée. Dans le même temps, les républicains manifestent souvent une hostilité ouverte à l’égard des vagues d’immigrants d’Irlande et d’Europe orientale qui transforment peu à peu la physionomie des grandes villes. Les programmes de campagne républicains prônent, bien souvent, l’intervention de l’État pour interdire ou limiter la consommation d’alcool et réformer les programmes scolaires, en vue de promouvoir certaines valeurs protestantes et américaines face aux menaces suscitées par les nouveaux arrivants, qui se rapprochent du Parti démocrate..

Les républicains remportent cinq des sept élections présidentielles qui ont lieu entre 1868 et 1892, mais n’obtiennent une majorité populaire que dans trois d’entre elles. La capacité des républicains à mobiliser l’électorat rural — des petites villes et de l’Ouest —, qui garde en mémoire les années de la guerre de Sécession, est largement contrebalancée par le noyau dur de votes démocrates dans le Sud et parmi les immigrants des grandes cités.

L'ÈRE PROGRESSISTE :.

À partir de 1896, l’accroissement des forces électorales renforce le Parti républicain et en fera le parti majoritaire du pays pendant toute une génération, ce qui n’empêche pas les dissensions internes de continuer à ronger le parti. Le président républicain sortant Theodore Roosevelt, qui a mis en œuvre quelques mesures progressistes pendant la durée de son mandat (1901-1909), contribue à la défaite du candidat républicain William Howard Taft à l’élection présidentielle de 1912. Les démocrates occupent la présidence jusqu’en 1920, lorsque les électeurs, soucieux d’un retour à la normale après la Première Guerre mondiale, ramènent les républicains au pouvoir avec Warren G. Harding et Calvin Coolidge..

Protégeant les valeurs économiques industrielles, le Parti républicain domine la scène politique tout au long des années vingt, dans une époque marquée par une extraordinaire prospérité. Herbert Hoover, d’abord en tant que ministre du Commerce, puis en tant que président de 1929 à 1933, symbolise l’engagement républicain envers une prospérité nationale sans limite qui s’enracine dans une vaste expansion industrielle.

LE NEW DEAL, DÉBUT DE LA TRAVERSÉE DU DÉSERT :.

La grande crise économique de 1929, qui débute sous l’administration Hoover, anéantit la croyance de l’Amérique en ce rêve de prospérité illimitée et sa confiance dans le Parti républicain.
La réponse à la fois lente et timide de l’administration Hoover s’avère totalement inefficace. Les démocrates exploitent la crise comme thème de campagne et remportent l’élection présidentielle de 1932, avant d’être à nouveau portés à la présidence en 1936 par l’un des plus importants raz-de-marée électoraux de l’histoire américaine : la coalition du New Deal. Coalition qui reste aux commandes du pays pendant vingt ans, infligeant cinq défaites consécutives aux républicains.
La réaction populaire à la crise est si intense que le Parti républicain ne contrôle la majorité au Congrès que quatre années sur les quarante-huit qui séparent 1932 de 1980.
Les républicains accéderont quatre fois à la présidence pendant cette même période, en 1952, 1956, 1968 et 1972, lorsque des dissensions divisent le Parti démocrate ou lors de concours de circonstances inhabituels.
Des années trente à la fin des années soixante-dix, le pays demeure profondément démocrate. Pour toute réponse à cette situation nouvelle, les républicains n’opposent que confusion, colère et querelles internes, en cherchant un moyen de reconquérir leur électorat.

L'APRES-GUERRE DES REPUBLICAINS :.

Tout au long des années quarante et cinquante, ce sont les modérés qui dominent le parti à l’échelle nationale, orientation incarnée par Dwight Eisenhower, candidat modéré qui est élu à la présidence en 1952 et en 1956..

Cherchant un moyen de limiter l’impact des questions économiques et leur effet désastreux sur le sort du parti, les républicains se tournent vers les problèmes sociaux. Les dirigeants du parti réaffirment leur attachement à un certain type de société américaine, dont ils souhaitent refléter les aspirations : une Amérique traditionnelle, défendant les valeurs familiales, implantée dans les petites villes. Cette vision joue un rôle non négligeable dans la popularité du sénateur républicain Joseph R. McCarthy et sa croisade contre la subversion communiste au début des années cinquante, et dans les attaques que portent les républicains conservateurs aux valeurs prônées alors par l’establishment de la côte Est, jugées cosmopolites et strictement urbaines. Dans les années soixante, cette approche gagne du terrain. Le parti se présente de plus en plus comme le mouvement d’une Amérique meilleure : plus homogène, plus simple, plus heureuse et demeurée intacte malgré la politique ruineuse des démocrates du New Deal.

L'ANCRAGE CONSERVATEUR :.

Le républicanisme conservateur devient prééminent dans les instances du parti au début des années soixante. La tendance conservatrice contrôle les rouages du parti et imprime de plus en plus sa marque sur ses principes et ses actions, tandis que le contrecoup provoqué par le mouvement pour l’égalité des races et l’activisme de la Nouvelle Gauche des années soixante et soixante-dix rapproche certains groupes de population du Parti républicain..

Le développement de ces thèmes isole peu à peu les républicains modérés au sein du parti. Certaines figures du courant modéré quittent le parti, laissant ainsi toute latitude au noyau dur conservateur pour influer sur les orientations et l’image des républicains..

On voit parfois la nomination d’un candidat modéré, mais cette tendance perd peu à peu de son importance. La présidence de Richard Nixon (1969-1974) est entachée, à partir de 1972, par l’affaire du Watergate. Ce scandale conduit à la démission de Nixon, menacé de la procédure d’impeachment (destitution par le Congrès), et se solde par les tentatives infructueuses menées par l’administration de Gerald R. Ford (1974-1977) de retrouver la confiance de la nation..

Malgré une résurgence démocrate, marquée par l’élection de Jimmy Carter en 1976, la vague conservatrice s’abat à nouveau avec la victoire écrasante du candidat républicain Ronald Reagan sur Carter en 1980..

Reagan président, soutenu par une coalition de républicains et de démocrates conservateurs au Congrès, se lance dans un ambitieux programme visant à renforcer la puissance militaire américaine et à réduire de façon drastique les programmes d’aide sociale engagés par ses prédécesseurs démocrates. Il est réélu triomphalement en 1984..

En 1988, la puissance du Parti républicain aide le candidat à l’élection présidentielle, George Bush, à surmonter les effets désastreux de l’affaire de l’Irangate..

La perte de la Maison-Blanche, en 1992, marque la fin de l’ère Reagan-Bush et l’éclatement de la base conservatrice du Parti républicain. La réaction contre Bill Clinton et son administration démocrate, en 1994, rend aux républicains le contrôle des deux chambres du Congrès..

La nouvelle droite du parti républicain reconquiert le pouvoir par l'entremise de George Walker Bush qui enchaîne deux mandats présidentiels, en 2000 et en 2004.

LE RETOUR DES DEMOCRATES :.

En 2006 et 2008, l'impopularité de l'administration Bush ramène progressivement les démocrates aux affaires..

En novembre 2006, le Parti Démocrate remporte haut la main les élections pour le Congrès (renouvellement d'un tiers des sénateurs et de tous les représentants [députés] tous les deux ans). Mais la campagne du parti n'a rien proposé de neuf, surfant plus sur la contestation de la politique de George W. Bush que sur ses propres idées..

Le 5 novembre 2008, Barack Obama, le candidat afro-américain démocrate à la présidence des Etats-Unis est élu avec 52% des votes populaires face au républicain John McCain (46%). Lors du même scrutin, le Parti Démocrate remporte également les élections pour le Congrès, garantissant ainsi au nouveau président une large majorité et tous les pouvoirs législatifs et exécutifs afin de réaliser un programme aux forts accents sociaux..

A tous les niveaux du pouvoir fédéral, les républicains se retrouvent dans l'opposition. Si John McCain a perdu l'élection présidentielle, lui qui était pourtant l'opposant interne à George W. Bush, il le doit non seulement à son âge avancé (72 ans), au charisme de son adversaire démocrate noir, à l'inexpérience, aux gaffes et aux approximations de sa colistière ultraconservatrice Sarah Palin mais aussi, et surtout, à la mauvaise image des républicains identifiés par l'électeur à l'administration Bush. McCain ne parvint pas à se démarquer suffisamment de G.W. Bush et à incarner le changement qu'il souhaitait promouvoir.

 

.

Connexités :
- Parti Démocrate, USA
- Ronald Reagan
- George Bush Sr
- George W. Bush

Sources de référence :

MSN Encarta, encyclopédie de référence
Wikipédia, encyclopédie libre de référence

 

 Contact

 |  © Horaz.com  |